Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art

Qu’est-ce qu’un Psychiatre, un Pédopsychiatre, un Psychanalyste, un Psychothérapeute ou Psychologue, un Ergothérapeute et un Art-Thérapeute ?

Qu’est-ce qu’un Psychiatre ?

Le Psychiatre est un médecin qui soigne les maladies mentales, quelles qu’en soient les causes, psychiques, neurologiques ou psychosociologiques. Le Psychiatre peut prescrire des médicaments ou décider d’une hospitalisation. Le psychiatre est habilité à gérer des troubles passagers ou une souffrance psychologique profonde.

Qu’est-ce qu’un Pédopsychiatre ?

C’est un Psychiatre spécialisé dans le soin des troubles mentaux des Enfants comme par exemple l’hyperactivité, les troubles de l’attention et la dépression.

Qu’est-ce qu’un Psychanalyste ?

Le Psychanalyste appartient souvent à un courant psychanalytique, Freudien, Jungien, Lacanien… Le Psychanalyste a lui-même suivi une psychanalyse. Il accompagne son patient et le laisse libre de parole dans un travail d’introspection de soi. Le Psychanalyste aide son patient à se plonger dans son inconscient à travers ses rêves, la libre association d’idées, les lapsus. La psychanalyse demande beaucoup de temps et peut durer plusieurs années.

Qu’est-ce qu’un Psychothérapeute ?

Le Psychothérapeute étudie le comportement humain sous tous ses aspects psychiques, normaux ou pathologiques. Le rôle du Psychothérapeute est d’analyser des situations, de repérer des problèmes et d’aider à franchir des caps éprouvants.

Qu’est-ce qu’un Psychologue ?

Le Psychologue a pour objectif de rendre compréhensible un problème, d’en évaluer la portée et la gravité. Il proposera ensuite une aide adaptée à la personne.

Qu’est-ce qu’un Ergothérapeute ?

L’Ergothérapeute aide les patients présentant un déficit fonctionnel à s‘adapter à leur handicap qu’il soit physique, mental ou émotionnel afin qu’ils puissent reprendre leurs activités quotidiennes.

Qu’est-ce qu’un Art-Thérapeute ?

L’Art-Thérapeute a pour but de développer la créativité de la personne en fonction de ses aspirations, de lui donner accès à de nouveaux outils artistiques et thérapeutiques. La personne dans l’élan de l’activité dépassera ses appréhensions, améliorera son équilibre personnel et l’estime de soi.
« Être artiste, c’est prendre un petit bout du monde malade en réparation chez soi » (E. BAER)

Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art  Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art  Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art

ART THERAPIE : Un peu de théorie et quelques références…

La créativité a une fonction d’équilibration psychique, physique et mentale. La créativité paradoxalement se nourrit aussi de la souffrance. A chacun d’exprimer  la sienne, soit verbalement, soit à travers ses créations artistiques. Les enfants s’inquiètent de leur devenir, les artistes se posent les mêmes questions : « C’est le rôle de l’artiste de s’inquiéter où le monde va » (C. MAILLY) Le Dr J.P. KLEIN », Psychiatre à Paris, auteur de : « L’art-thérapie, Que sais-je ?» explique pour qui l’Art-Thérapie est destinée :« Nombre d’entre nous hésitent à entreprendre une thérapie classique ou une psychanalyse, l’Art-Thérapie compte de plus en plus d’adeptes. Elle apparaît souvent, en effet, comme une chance nouvelle d’accéder à ses sentiments et à ses émotions refoulés parce qu’elle travaille dans le “mine de rien”, en utilisant une stratégie de détour, une ruse qui permet de contourner les résistances au changement ». 

L’Art-Thérapeute se sert de la création artistique (peinture, théâtre, danse, collage, poterie, photographie, marionnettes) pour accéder aux problématiques conscientes et inconscientes de l’individu et le conduire vers une transformation positive de lui-même. « Le but est de partir, dans le cadre d’un processus créatif, de ses douleurs, de ses violences, de ses contradictions pour en faire le matériau d’un cheminement personnel » (S. TORRE, Psychologie Magazine)

Le rôle de l’Art-Thérapeute est aussi de renforcer l’estime de soi. « Pour aborder dans de bonnes conditions une notion nouvelle, pour avoir envie de l’assimiler, il faut un minimum d’Estime de Soi. Il faut s’estimer capable de cet apprentissage, se dire que s’il nous a été proposé, c’est que certainement on en a les moyens. Il faut avoir gagné une confiance stable dans ceux qui nous font cette proposition et avoir déjà fait l’expérience que ce qu’ils nous proposent a de fortes chances d’aboutir à un renforcement bien venu de l’estime de soi » (G. GOUMAZ, Psychologue et Professeur à l’Université de Genève, Suisse)

 Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art  Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute,ute, jeu therapeutique, art  Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art  Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art

Qu’apporte le Jeu à l’Art-Thérapie ?

M. KLEIN parle du Jeu comme d’un outil qui permet d’accéder à l’inconscient. A travers le Jeu, celui qui a précédemment vécu un événement particulier pourra l’exprimer, le reformuler et le remettre en scène.  Le jeu est un outil thérapeutique qui permet à chacun d’exprimer ses fantasmes et ses pulsions inconscientes. Avec les consignes du jeu, chacun prend conscience des règles, des contraintes et des frustrations qu’ils éprouvent au quotidien, comme celles liées à la scolarité et à l’éducation. Nous subissons tous toutes sortes de tensions familiales, sociales, scolaires ou professionnelles qui conduisent à des frustrations, des stress et parfois à des blocages. Le jeu permet de mettre à distance les symptômes. Le jeu permet de s’exprimer, d’apprendre, de progresser, d’évoluer et de se développer.

En accompagnant la personne à travers le jeu, le thérapeute conduit celle-ci sur de nouveaux chemins, vers de nouvelles destinations et son attitude est déterminante. Comme celle de l’adulte lorsqu’il joue avec un enfant. « L’ensemble des interactions d’assistance de l’adulte permettent à l’enfant d’apprendre à organiser ses conduites afin de pouvoir résoudre seul un problème qu’il ne savait pas résoudre au départ » (J. BRUNER, Psychologue américain spécialisé dans l’éducation).

Sans plaisir l’enfant ne pourra pas intégrer de nouvelle données, ni faire évoluer ses acquisitions. « Donnez à l’enfant le désir d’apprendre et toute méthode lui sera bonne » (J. J. ROUSSEAU)

Beaucoup de scientifiques,  de philosophes, de médecins, de thérapeutes, d’éducateurs et de parents se sont penchés sur les bienfaits du jeu.
Le jeu est « un état subtil et privilégié qui déconnecte de la réalité. Le jeu vous conduit dans une réalité bien à soi, où l’on peut construire le monde, le défaire et le reconstruire à sa guise » (N. de GRANDMONT, « Pédagogie du jeu : Jouer pour apprendre » Editions Logiques)

D. W. WINNICOTT décrit parfaitement l’espace que représente le jeu. La psychanalyse s’est toujours intéressée à la tradition du jeu en relation avec la petite enfance. Le jeu, sous un aspect insignifiant, est capable d’être un révélateur puissant. De même que le lapsus et le rêve, il possède une logique propre, interprétable. « Ce qui m’importe avant tout, c’est de montrer que jouer c’est une expérience, une forme fondamentale de la vie » (« Jeu et réalité », Gallimard). Le jeu possède un espace potentiel dans lequel un instant de la réalité se trouve capté par une sorte de contrôle magique.

Jouer est une activité pleine de sens, d’une activité très symbolique. Le grand pédagogue allemand F. FRÖBEL, spécialiste de la petite enfance, considère que « le jeu est le plus grand développement dans l’enfance, car elle seule est la libre expression de ce qui est dans l’âme de l’enfant ».

S. FREUD en 1908 a abordé la relation entre l’enfant et le jeu. L’enfant crée par le jeu un monde à lui ou, plus exactement, réordonne à son idée les choses de ce monde. S. Freud en 1920 fait le parallèle entre le sujet névrosé, le principe de répétition et le jeu. Il pense que les activités ludiques fonctionnent sur le même principe.

Selon J. LACAN, grâce au jeu de la bobine, l’enfant accède au langage et au symbolique. « L’enfant chercherait ainsi à maîtriser par le jeu des expériences désagréables, c’est-à-dire à reproduire une situation qui a été originellement éprouvante ».

Pour M. MANNONI (« L’enfant, sa ‘’maladie’’ et les autres », le Seuil), le jeu est une répétition, « le sujet donne son accord, il refait ce qui lui a été fait »La thérapie par le jeu est une activité dynamique qui privilégie la parole de chacun, l’expression de ses émotions et de ses sentiments.

Le jeu aide à grandir, à se construire, à créer des liens inter-générationnels et inter-culturels : voir la campagne « Jeu T’aime » de Yapaka.be

Qu’apporte l’Art à l’Art-Thérapie ?

« L’art ne donne pas une reproduction du visible mais il rend visible » (P. KLEE).

La créativité est au cœur de l’être. Elle est même le cœur de l’être, de sa vitalité et de son ouverture d’esprit. Elle a une fonction équilibrante qui libère, calme ou stimule« Un grand artiste écrit fatalement une œuvre gaie quand il est triste, une œuvre triste quand il est gai » (R. ROLLAND).  

Pour C. G. JUNG, « Les mains souvent savent déchiffrer une énigme avec laquelle l’intellect se bat longuement en vain » L’art est une passerelle entre les contenus conscients et inconscients. Autrement dit : la main guide l’esprit et l’esprit guide la main

 Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art  Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art

C. G. JUNG parle de sa propre expérience du jeu : « Ce moment fut un tournant dans mon destin. Je ne m’abandonnai finalement à la plongée dans le jeu qu’après des répulsions infinies et non sans éprouver un sentiment d’extrême résignation. Ceci n’alla pas sans susciter l’expérience douloureuse de l’humiliation de ne pouvoir réellement rien faire d’autre que de jouer (…) Ce faisant, mes pensées se clarifiaient et je pouvais les saisir, appréhender de façon plus précise des imaginations dont je n’avais jusque-là en moi qu’un pressentiment trop vague ».

Notre société a besoin des artistes. « Lorsque je danse – ce que j’aime faire dans mes temps perdus – que je dessine, ou que je peins, étrangement, je ne me sens plus seule » confie une ethnologue, N. BEAUDRY. « Je me sens liée à tous ces gens qui ont dessiné les mêmes lignes, peint avec les mêmes tons, tracé les mêmes mouvements dans l’air avec leurs bras et leurs jambes, longtemps avant moi. Je me crois l’héritière d’une tradition très ancienne, qui ne cesse d’évoluer grâce à moi et à des milliers d’autres artistes. Je me sens calme. Je me sens là où je dois être ».

C. G. JUNG parle de la difficulté qu’il avait à être lui-même créatif mais « que son garçon intérieur possède encore (…) le petit garçon est encore dans les environs et possède une vie créatrice qui me manque. Mais comment puis-je parvenir jusqu’à elle » ?

« Le rétablissement de sa fonction créative est le commencement de la guérison (…) cette fonction créative peut être activée de manière réjouissante » (R. AMMANN, « Guérison et transformation par le jeu de sable », Quetigny).

Toutes les sociétés, tous les hommes ont été au contact de l’art qui fait de nous des êtres humains vivants et vibrants. Les grottes étaient peintes, les chants, les danses, la transe, les instruments de musique existent depuis toujours ; les sculptures, les poteries aussi.

Qu’apporte à l’Art-Thérapie l’association de l’Art et du Jeu ?

L’Art-Thérapie est l’alliance de l’Art, du Jeu, du Thérapeute et de la personne qui cherche à s’exprimer avec ses mains, son corps, son cœur et pas seulement sa tête. Elle consulte un Art-Thérapeute et ses mains exultent. Ce que les mains expriment est ce que la conscience comprime. Parce qu’elle a fabriqué son jeu en y mettant sa propre touche artistique, la personne s’implique encore plus lorsqu’elle joue. Le jeu prend encore plus de signification.

Pour faire ronronner les oreilles, j’utiliserai la musique, « vivre sans musique c’est entendre en noir et blanc » dit T. ARFELPour éveiller l’imaginaire, la douceur des mythes contés, j’utiliserai la chanson des poèmes. La caresse des matériaux employés permettra de développer le sens du toucher. La vue sera sollicitée tout au long de l’activité, le bois travaillé dégage des odeurs qui réveilleront les narines et ceux qui voudront le porter à leur bouche pourront y goûter ! Des séances spécifiques sur le goût auront lieu.

L’homme s’exprime à travers les cinq sens, « il prend goût au bonheur », quand quelqu’un lui plait « il l’a dans la peau », « il ne voit qu’à travers lui », « il n’entend que lui » ou au contraire « il ne peut pas le sentir », ni « le voir en peinture »…

« Nos perceptions sensorielles sont la clef des interrelations permanentes que nous entretenons avec les autres et notre environnement. Que l’on prive quelqu’un de cette communication, et l’on observe un fléchissement significatif de sa vie mentale et affective. Des sources de stimulation sensorielle dans les gammes modérées représentent un élément d’équilibre important pour l’homme » (A. HOLLEY, « Eloge de l’odorat », Odile Jacob) 

Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute,ute, jeu therapeutique, art Psychiatre, Pedopsychiatre, Psychanalyste, Psychotherapeute, Psychologue, Ergotherapeute, Art-Therapeute, jeu therapeutique, art